Menu
Japon

Japon : 10 choses à faire à Tokyo

Il n’y a certainement pas assez d’une vie pour profiter de ce que Tokyo a à nous offrir. Alors vous imaginez que je n’ai pas pu tout faire ni tout voir durant mon voyage au Japon. Écrire un article sur chaque chose n’est pas forcément nécessaire, alors voici 10 choses à faire lors d’un séjour à Tokyo, de l’incontournable au plus insolite… pour profiter d’une expérience 100% Tokyoïte !

1. Boire un verre à Golden Gai

golden gai tokyo

Golden Gai, c’est un ensemble de rues abritant des dizaines de bars et ça se trouve dans le quartier très nocturne de Kabukicho (Shinjuku ouest). Kabukicho n’est pas le quartier qui fait le plus rêver en soi, avec ses rabatteurs et clubs un peu étranges… mais Golden Gai est vraiment un passage obligatoire et une expérience à part entière ! Des bars les uns sur les autres dans des petites rues étriquées : il y en a pas moins de 200 ! Nous avons même vu un bar sans enseigne, avec une simple porte dans une ruelle où on passe à peine à une personne.

Golden Gai, c’est ici que se retrouvent les salarymen et autres tokyoites pour boire un verre (bien plus qu’un verre même) jusque tard le soir. Sachez toutefois que certains bars n’acceptent pas les gaijin (les étrangers) et dans d’autres, les étrangers ont une taxe à payer pour consommer (entre 400 et 800 yens en moyenne, et jusqu’à 1000 yens).

Nous sommes allés dans un bar (Araku) qui ne demandait pas de taxes aux étrangers, mais comme vous devez vous en douter, ces bars là sont donc remplis de touristes ! Il n’empêche que nous avons passé une très bonne soirée, à siroter des cocktails à base de thé vert (les cocktails sont autour de 1100 yens)

Araku / Japon, 〒160-0021 Tokyo, Shinjuku City, Kabukicho, 1 Chome−1−9 Golden-gai G2 2F /

2. Manger dans un izakaya

Un izakaya, c’est un restaurant traditionnel japonais. L’équivalent d’un bistrot en France, d’un pub en Angleterre par exemple ! Bref, c’est un endroit où on boit, on mange et on passe un bon moment entre ami.e.s ! Nous avons mangé dans plusieurs izakaya lors de notre voyage, notamment hors de Tokyo. À Tokyo, nous avons découvert 楽食楽酒まこと Makoto, dans le quartier de Nishi-Shinjuku. On y a dégusté une cuisine familiale et savoureuse dans une ambiance très tranquille et chaleureuse (pour en savoir plus, je vous invite à lire mon article sur les bonnes adresses où manger à Tokyo).

Avec 20.000 izakaya au Japon, vous devriez facilement trouver votre bonheur ! On repère notamment ces restaurants à la lanterne rouge installée à l’extérieur, et ils sont généralement ouverts en fin de journée seulement (mais pas toujours).

楽食楽酒まこと Makoto / Japon, 〒151-0071 Tokyo, Shibuya City, Honmachi, 3 Chome−21−6 パレスK&K / Ouvert lundi, mardi, jeudi et vendredi de 11h30 à 14h30 et de 13h30 à 23 heures, samedi de 17h30 à 23 heures et dimanche de 17h30 à 22 heures / Facebook  

3. Acheter des gashapon

Un gashapon, kézako ? Ce sont ces petites machines à pièces distribuant des jouets.. mais vous ne savez jamais sur quoi vous allez tomber ! On trouve aussi des machines similaires en France mais c’est beaucoup moins répandu qu’au Japon. À Tokyo, vous en trouvez littéralement à tous les coins de rue et vous avez même des “boutiques” avec des murs entiers de gashapon !

Vous devrez dépenser entre 100 et 600 yens (la moyenne est de 200-300 yens) pour obtenir votre jouet. Et on trouve de tout ! Des petites figurines mignonnes, des jouets liés à des anime ou jeux videos… Mais aussi des choses totalement improbables comme des porte-clés chips, des reproductions de rouleaux de jardin ou de jantes : il faut le voir pour le croire !

Les gashapon deviennent très rapidement addictifs, on a envie de tous les acheter tellement on en trouve des mignons (et drôles). J’ai par exemple un shiba qui mange un onigiri, ou encore un kangourou avec un grand menton (vous avez bien lu). C’est le petit souvenir (ou cadeau) pas cher et rigolo à ramener dans sa valise !

4. Passer une soirée dans une salle de jeux

À Tokyo, on trouve des dizaines de salles de jeux sur plusieurs étages ! Mais quels genres de jeux ? Et bien, très souvent, chaque étage est dédié à quelque chose : un espace pour les jeux de grappin (pour gagner des peluches entre autres), un étage avec les jeux d’arcade, un autre avec les jeux de réalité virtuelle, les espaces de purikura (les photomaton high-tech et trop kawaï), et encore un autre pour les fameux pachinko.

Je dis “passer une soirée”, mais je pense qu’une ou deux heures suffisent ! Non seulement parce que vous allez vite exploser votre budget (et des machines au sein des game center vous permettent de tirer de l’argent ou d’échanger vos billets pour des pièces) mais aussi car vous allez rapidement développer un bon mal de crâne ! Lumières puissantes, musique intense et bruits de machines et de jeux incessants. Là encore, c’est une expérience purement japonaise qui vous attend !

Taito Station - Shinjuku GameWorld / 3 Chome-35-8 Shinjuku, Shinjuku City, Tokyo 160-0022, Japon / Ouvert tous les jours de 10 heures à 1 heure du matin /

5. Visiter le parc Shinjuku Gyoen

tokyo shinjuku gyoen

La ville c’est bien, mais parfois on a besoin d’un peu de vert ! L’un des plus gros parcs de la ville, c’est le Shinjuku Gyoen, dans le quartier de Shinjuku donc. L’entrée est payante, mais le parc est vraiment immense et reposant et, en plus, il y a un beau jardin botanique (inclus dans le ticket d’entrée donc) qui est sympa à visiter. Bref, ça fait une marche sympathique et une bouffée d’air frais dans une journée chargée à arpenter les rues et les buildings.

Shinjuku Gyoen / 11 Naitomachi, Shinjuku City, Tokyo 160-0014, Japon / Infos d'ouverture sur le site / Métro Yoyogi ou Shinjuku (sur la Yamanote), Sendagaya (Chuo Line), Shinjuku-Gyoemmae (Marunochi Line) / Entre 400 et 500 yens l'entrée

6. Visiter les nombreux temples et sanctuaires

nezu jinja tokyo

C’est tout ce qui fait la particularité de cette ville et dont on parle toujours : le modernisme de Tokyo qui se mélange à la tradition avec l’omniprésence de temples et sanctuaires. Les Tokyoïtes s’y rendent sur le chemin du travail et y accordent encore aujourd’hui une très grande importance. On trouve alors en ville des temples à tous les coins de rue. À la fois des sanctuaires très imposants, que des tout petits trucs entre deux bâtiments. Je vous invite à découvrir mon article qui évoque en détail les différents temples et sanctuaires que j’ai pu visiter dans la ville.

  • L’incontournable : le Senso-ji / Asakusa
  • Au milieu des building : Hie-Jinja / Akasaka
  • Le calme au cœur de l’agitation : Meiji-jingū / Yoyogi
  • Mon coup de cœur : Nezu-Jinja / Bunkyo

7. Faire ses courses dans un konbini

Ah le konbini, cette petite supérette que vous trouverez à tous les coins de rues et sous plusieurs enseignes : 7evelen, Family Mart, Lawson, Minimart… Ces épiceries ont la particularité d’être pour la plupart ouvertes 7j/7 et 24h/24 ! Et comme on ne trouve pas (ou très peu) d’hypermarchés au Japon (et encore moins à Tokyo), c’est ici que vous vous rendrez pour faire des courses. Les Japonais.e.s font d’ailleurs des courses tous les jours habituellement, contrairement à nous, en France, qui faisons des courses pour tenir 2-3 semaines, voire un mois.

Le 7evelen, c’était notre arrêt quotidien, le soir sur le chemin de notre appartement, souvent pour prendre le petit déjeuner du lendemain matin. Du pain de mie extra fluffy, des dorayaki, des onigiris… Je crois qu’on a dû gouter toute leur gamme d’onigiris et laissez-moi vous dire que ça nous a manqué en rentrant. Vous n’y trouverez pas de la grande cuisine, mais pour le prix, la qualité n’est vraiment pas mauvaise (entre 100 et 150 yens l’onigiri par exemple). Pour les pique-nique durant nos randonnées également, c’était notre point d’arrêt pour y récupérer sandwichs et bento !

À SAVOIR 
Pour tirer de l'argent, rendez-vous dans les distributeurs automatiques de billet des 7evelen. Ces derniers acceptent les cartes européennes et vous n'aurez pas de frais ! Pratique car on en trouve partout et ils sont ouverts tout le temps ! 

8. Manger à tous les coins de rue

La street food est très répandue à Tokyo ! Marchés, petites échoppes… vous trouverez de nombreuses douceurs lors de vos balades. Dorayaki, Tayiaki, bubble tea, mochis, melon pan, brochettes diverses et variées.. il y a vraiment de quoi faire !

Attention toutefois, il n’est pas forcément bien vu de manger en marchant dans la rue, préférez vous poser sur un bancs tranquillement pour déguster vos achats. De même, ne mangez pas dans le métro et les transports, c’est très mal vu également !

Je vous renvoie notamment à mon article sur les coffee shop et goûter à Tokyo, avec quelques bonnes adresses de street food !

9. Profiter gratuitement d’une vue sur Tokyo

tokyo view
tokyo mont fuji
mont fuji tokyo

Vous trouverez à Tokyo de nombreux points de vue sur la ville. L’un des plus célèbres étant la Tokyo SkyTree. Mais comptez bien une vingtaine d’euros pour pouvoir y monter ! Si je ne doute pas que la vue y est imprenable, j’ai toujours du mal à mettre de grosses sommes dans ce type d’expérience (comme à Londres où nous avons préféré le Sky Garden, gratuit, plutôt que le Shard).

Alors pour profiter d’une belle vue sur la ville dans mettre la main au porte-monnaie : rendez-vous à la mairie de Tokyo, derrière la gare de Shinjuku (ouest). Deux observatoires s’offrent à vous (l’une des deux était en rénovation lors de notre venue, fin 2019) et c’est donc totalement gratuit. Il vous faudra seulement attendre un peu pour monter (nous avons attendu moins d’une vingtaine de minute il me semble) dans l’ascenseur et découvrir la vue.

Comme nous sommes du genre chanceux, nous sommes arrivés à l’observatoire juste avant le coucher du soleil (16 heures, en novembre). Le ciel était dégagé et nous pouvions voir le Mont Fuji (une chance vraiment). Et c’est alors que nous avons vu le soleil se coucher derrière le Mont Fuji (un spectacle incroyable) et la pleine lune se lever en haut de la Sky Tree. Autant vous dire qu’on s’en souviendra longtemps…

Observatoire de la mairie de Tokyo / 2 Chome-8-1 Nishishinjuku, Shinjuku City, Tokyo 163-8001, Japon / Horaires / Gratuit / Boutique de souvenirs et café sur place

10. Se perdre dans les rues de Tokyo

tokyo ebisu
tokyo night
tokyo ebisu

Il n’est pas toujours utile d’avoir le nez collé à Google Maps pour chercher où vous rendre. Et pour être tout à fait honnête, je suis du genre à tout planifier et à m’y fier beaucoup ! Mais parfois, il est quand même beaucoup plus agréable de déambuler librement sans trop se prendre la tête. C’est comme ça que l’on découvre de belles choses et des endroits inattendus.

Nous avons notamment découvert au hasard Ometesando, Yanaka ou encore Ebisu, le quartier où nous logions. Et comme j’ai un bon sens de l’orientation, après quelques sorties nocturnes à Shinjuku, je pouvais me balader et retrouver mon chemin toute seule. Et c’est tellement plus agréable que suivre un parcours pré-établi non ? C’est comme cela que l’on tombe sur une boutique de daifuku divins, sur un petit temple caché très mignon, un coffee shop hipster ou un beau bâtiment.

Mes articles sur Tokyo et le Japon :

Pas de commentaires

    Laissez un commentaire