croatie
Croatie

Partir en road-trip en Croatie : le guide complet

1 avril 2019

Vous préparez un voyage en Croatie ? Ou même un road-trip ? Vous êtes tombés au bon endroit ! Je vous parlais déjà dans cet article de la préparation de notre road-trip de deux semaines sur la côte Croate (la Dalmatie). Maintenant que nous sommes revenus, voici quelques autres choses à savoir sur le voyage.. Des petits conseils pratiques auxquels on ne pense pas toujours !


Quel budget ?

Je vous parlais déjà du budget pour notre road-trip voyage en Croatie, toujours dans cet article. Mais voilà un petit récap, pour vous faire une idée.

  • L’avion: comptez entre 70 et 150€ l’aller/retour avec une compagnie low-cost type Ryanair selon les options que vous choisissez (bagages en soutes etc)
  • Location de voiture: avec une compagnie low-cost type Surprice, comptez 70€ les deux semaines (on en parle plus bas)
  • L’essence: prix similaire à la France (donc, cher)
  • Péage: empruntez le plus de nationales possible, mais sinon, comptez moins de 20€ pour faire Dubrovnik/Zadar (soit toute la côte Dalmate)
  • Logement: avec Airbnb (peu d’hôtels en Croatie), louez un appartement pour deux entre 30 et 50€ la nuit (soit entre 15 et 25€ par personne)
  • Repas: de 5€ par personne pour un snack et une boisson à 10€ pour un plat une boisson (type pizza, cevapci) à des prix comparables à la France (entre 10-20€ un plat au restaurant)
  • Un pinte de bière: 2-3€
  • Un cocktail: entre 5 et 8€

Pour être totalement transparente, mon road trip de deux semaines m’a coûté environ 1200€-1300€. Ce tarif inclus l’avion et le parking de l’aéroport (180€), les logements (717€ au total, soit 358€50 de ma poche comme nous étions deux), moins de 200€ par personne pour la voiture (location, assurance, essence) 515€ pour les dépenses sur place (nourriture et activités) et le reste en shopping (et ça, ça dépend de vous).

plitvice lacs croatie


Ces choses que vous ne savez peut-être pas

En voiture

• Préférez une compagnie low-cost

Personnellement, je vous conseille de partir sur un compagnie “low-cost” type Surprice. C’est une chaîne internationale, mais bien moins chère que Hertz ou Europcar. Pourquoi ce choix ? Si vous avez une Visa Premier, quand vous faites la réservation, vous pourrez être remboursé par votre banque (moyennant des frais de dossier, généralement 50€) si vous avez abimé le véhicule et que l’agence vous taxe quelques centaines d’euros. Si vous n’avez pas de Visa Premier, prenez une assurance, car les agences vous taxent souvent en “inventant” des dégradations sur les véhicules si vous ne prenez pas d’assurance. Si vous prenez une assurance (une centaine d’euros pour 2 semaines chez Surprice, mais ça dépend des pays), vous serez tranquille. Du coup, le choix est vite fait non ? Autant payer 70€ chez Surprice (ce que nous avons payé) et rajouter une assurance (ou vous faire rembourser par votre banque) que payer 200-300€ chez Hertz (plus assurance ou remboursement) pour au final avoir le même service non ?

En tout cas, je vous conseille vraiment l’agence Surprice (celle de Zadar en tout cas) : les voitures sont neuves (notre véhicule n’avait même pas 20 000 km), la personne qui y travaille est très sympathique et on a pu bien vérifier l’état du véhicule avant de le prendre.

croatie trstenik

 • Passage de frontières: attention arnaque

Par contre, voilà une arnaque que vous risquez de rencontrer dans toutes les agences de location de voitures, et nous nous sommes faits avoir nous aussi ! À la prise du véhicule, on vous demande si vous passez une frontière avec le véhicule (en l’occurence, si vous allez à Dubrovnik vous passez forcément par la Bosnie). Si c’est le cas: ne le dites pas ! On vous facture 50€ pour une “green card” à montrer à la frontière. C’est une arnaque totale: cette “green card” n’est autre que l’assurance du véhicule qu’on vous donnera même si vous ne payez pas ces 50€ (c’est obligatoire). Et quand vous passez la frontière ? On vous demande votre passeport ou votre carte d’identité. Et c’est tout ! Pourquoi on s’est fait avoir ? Car tous les sites de locations que j’ai visité avant de louer une voiture parlaient de ce supplément. Du coup je me suis dis légitimement que c’était normal. Grave erreur !

• Se loger en dehors des vieilles villes

Sachez qu’en Croatie, presque tous les centre-ville sont piétons. Du coup, si vous louez une voiture, c’est un peu compliqué de se loger dans la vieille-ville. Car vous allez vouloir vous garer le moins loin possible, c’est-à-dire sur les parking payants (et chers) aux abords des centres. Et vous allez devoir vous trimballer vos bagages. C’est franchement plus pratique (et moins cher) de louer un logement en dehors des centres et en vérifiant bien qu’il y a un garage ou qu’il est possible de se garer gratuitement. C’est ce que nous avons fait et nous n’avons pas regretté. Nous étions toujours entre 10 et 25 minutes de marche des centres. Et au moins, nous passions des nuits paisibles, loin de l’agitation (les Croates sont plus actifs le soir).

Par contre, si vous garez votre voiture sur une place payante : payez ! Dans les zones touristiques, les agents tournent beaucoup et mettent des PV à tout va ! Ce serez dommage de vous taper 30€ d’amende pour 1€ pas mis dans l’horodateur. Par contre, si vous vous prenez une prune, n’attendez pas de voir ça avec l’agence de location (ils vous prendront une grosse taxe), mais allez directement régler l’amende en allant dans une poste ou une gendarmerie.

• On roule à combien en Croatie ? Comment sont les routes ?

  • L’état des routes en Croatie est excellent ! Depuis l’explosion du tourisme dans le pays, les entreprises de travaux publics se sont activées à refaire toutes les routes. Durant tout notre périple, principalement sur les routes de la cote mais aussi en montagne, nous n’avons pas eu une route en mauvais état. Même perdu.e.s au milieu de nulle part. C’était assez impressionnant.
  • Les limitations de vitesse en Croatie sont les mêmes qu’en France: 50 km/h dans les villes, 90 km/h sur les nationales, 130 km/h sur les autoroutes ! La vitesse est très très bien signalée sur les routes Croates. Mais vous roulerez rarement à 90 car selon où vous êtes (sur la cote, les routes de montagne) vous verrez plein de panneaux à 70, 60, 40, 30 km/h etc… Mais c’est très bien indiqué
  • Je vous conseille dans tous les cas de privilégier les petites routes plutôt que l’autoroute, c’est beaucoup plus agréable. Concernant l’autoroute: elle est indiquée par des panneaux verts (et non bleus comme en France). Les panneaux bleus indiquent des nationales. Nous avons pris l’autoroute le dernier jour pour relier Dubrovnik à Zadar: l’autoroute était elle aussi en excellent état (récente il faut dire) et il n’y avait presque personne dessus.
  • Nous n’avons pas vu un seul radar sur les routes durant notre périple. Mais cela ne vous empêche pas de respecter les limitations ! (et de vous faire doubler par des dizaines de Croates qui n’en peuvent plus que les touristes respectent lesdites limitations.

L’argent

  • La Croatie fait peut-être partie de l’Europe depuis 2013, mais la monnaie utilisée n’est pas l’euro ! Ici on paie en Kunas (1€ = 7 kunas environ). Il y a quelques endroits où les euros seront acceptés mais ça reste encore très marginal (la seule fois où nous avons payé en euro, c’est à l’auberge où nous avons dormi près de Plitvice).
  • Sachez également que beaucoup de restaurants et bars (parfois même des boutiques) n’acceptent que le cash (sauf à Dubrovnik où la carte est acceptée partout). Mais pas d’inquiétude: il y a des distributeurs littéralement à tous les coins de rue ! Normalement, même si la Croatie n’utilise pas l’euro, vous ne devriez pas avoir de frais avec votre banque (mais renseignez-vous quand même avant de partir).
  • Mais pour ma part, comme pour mon article sur Londres, je vous conseille toujours d’utiliser une carte type Revolut ou N26. Vous mettez sur le compte l’argent dont vous avez besoin pour votre voyage et vous ne vous prenez pas la tête : aucun frais peu importe le pays où vous êtes et vos achats sont immédiatement débités sur votre carte: comme ça vous voyez ce que vous dépensez et ce qu’il vous reste en temps réel !
  • Quand vous tirez de l’argent sur un distributeur en Croatie, le distributeur va vous proposer un taux de change: refusez-le et mettez “prendre le taux de change inconnu”. Ce taux de change inconnu est celui de votre banque (ou votre carte Revolut) et comme je le disais, il n’y a pas de taxes de ce côté là donc vous ne perdrez pas d’argent.

Au restaurant

  • Contrairement au Canada ou aux États-Unis, le pourboire n’est pas obligatoire en Croatie et le service est compris dans le prix. Mais vous pouvez évidemment en laisser un (sachez que le salaire moyen d’un.e serveur.se est de 450€/mois).
  • Dans certains restaurants (c’est arrivé pour nous, surtout en nous rapprochant de Dubrovnik). Il peut y avoir une “taxe couver” sur votre addition. C’est un peu abusé mais cela inclus le fait d’avoir “mis la table” et de vous donner du pain. Parfois vous avez aussi des petits extras type apéro. Ça peut représenter 2-3€ par personne en plus sur l’addition.
  • Vous pouvez demander de l’eau du robinet (tap water) au restaurant, on ne vous regardera pas bizarrement (sauf dans les restaurants un peu chics).

Autres “tips”

  • Meilleur et moins cher pour ramener des produits locaux: s’arrêter sur le bord de la route pour acheter aux producteurs locaux dans leurs petits stand, il y en a vraiment partout, surtout le long de la cote. Vous pourrez acheter des fruits et légumes, mais aussi des confitures, du miel, de l’huile d’olive, du vin ! Aussi, n’hésitez pas à acheter dans les grandes surfaces certains produits (comme le ajvar, une sauce au poivron délicieuse à manger avec de la viande). Le niveau de vie en Croatie est inférieur à la France, vous vous en rendrez vite compte en mettant les pieds dans une grande surface : les prix sont “dérisoires” (par rapport à ce qu’on connait j’entends).
  • À Dubrovnik, pensez à prendre la Dubrovnik Card ! Elle vous permet d’accéder à plusieurs activités et musées en ville. Vous pouvez la prendre pour 1, 3 ou 7 jours. Personnellement, je vous conseille de la prendre pour une journée car vous aurez le temps de faire les activités les plus intéressantes de la carte en une journée. À savoir, la Dubrovnik Card, vous l’achetez surtout pour faire le tour des murs de la vieille ville (150 kunas par personne). La Dubrovnik Card pour une journée coûte 200 kunas, mais je vous conseille de l’acheter en ligne, car elle est moins chère : 180 kunas (et vous récupérez votre carte directement à l’office de tourisme avec votre mail de confirmation). 180 kunas, c’est le prix de la visites des murs de la ville et d’une journée de transports en commun (la carte inclus les transports en commun gratuit pour une journée). Tout le reste, c’est donc du bonus : on a visité plusieurs musées, ce qu’on n’aurait pas fait si on n’avait pas la carte !

La carte ultime

Itinéraire, bonnes adresses, logements, restaurants, shopping, activités… Voilà la carte de nos vacances !

Mes autres articles sur la Croatie :

4
Poster un Commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
AurélieanahaddictChristophe Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Christophe
Invité

Pas grand chose à redire sur l’article et tous les détails mis à part le choix de la route plutôt que l’autoroute. Ça va surtout dépendre de la saison et de la durée de voyage prévue. En été, les petites routes sont vite encombrées et le temps de voyage peut être très long même si les distances sont courtes sur une carte. Ainsi passer une grosse journée pour parcourir les même pas 350km qui séparent Zadar de Dubrovnik n’est pas du tout rare en empruntant la route.

Aurélie
Invité

Waw, merci pour cet article bien complet !
Le coup de la green card est assez osé, effectivement il faut le savoir… Grâce à toi, j’éviterais sans doutes cet écueil !