to all the boys ive loved before
Cinéma

To all the boys I’ve loved before : une vraie bonne romcom

27 août 2018

Si je n’ai plus besoin d’être convaincue sur la qualité des séries Netflix, je ne peux pas en dire autant de leurs films. J’en est déjà vu quelques un. Certains étaient plutôt bons comme Okja, Annihilation, ou To The Bone. D’autres étaient franchement clichés comme The Kissing Booth ou A Christmas Prince. Mais pour l’heure je n’avais pas eu de coup de cœur, il manquait un je ne sais quoi. Jusqu’à ce que je regarde To all the boys I’ve loved before.

Synopsis: Lara Jean, 16 ans, est sans conteste une grande romantique. Fan de romans à l’eau de rose, elle s’imagine les histoires d’amour les plus folles… dans sa tête. Quand son amour pour un garçon est trop fort, elle lui écrit une lettre pour vider son sac. Une lettre qu’elle ne lui enverra jamais. Jusqu’à ce que les 5 lettres qu’elle conservait précieusement se retrouvent entre leurs mains…

Cet article ne contient pas de spoilers
La bande-annonce


Enfin une bonne romcom pour ados

Je ne vais pas vous mentir, j’aime les comédies romantiques. J’aime les histoires d’amour. J’aime quand c’est un peu cheesy. J’aime voir les gens qui s’aiment, ça me fait du bien. Je n’ai rien contre les clichés dans ces cas là, mais pas trop quand même. Cheesy d’accord, mais pas cringe non plus. Et encore moins ces pseudos histoire d’amour à base de mecs ultra possessifs et paternalistes (coucou Fifty Shades). Bref, je suis du genre cucul, mais j’ai mes limites. Et To All the boys I loved before m’a offert tout ce que j’aime, sans trop en faire. Ça faisait vraiment longtemps que je n’avais pas vu une romcom pour ados (et pour moi aussi) aussi réussie, vraiment.

Representation matters

  • Parlons donc de cette chère Lara Jean, interprétée par Lana Condor, une actrice américaine née au Vietnam. Lara Jean est d’origine asiatique, comme dans le roman écrit par Jenny Han dont est tiré le film. Et voir une actrice d’origine asiatique tenir le premier rôle d’une comédie romantique, laissez-moi vous dire que ce n’est pas commun. D’ailleurs, presque toutes les boîtes de production auxquelles le film a été proposé voulait filer le rôle à une blanche. Évidemment. Bref, ça fait du bien de voir une jeune femme asiatique tenir le premier rôle et ne pas être la copine fofolle avec une mèche bleue dans les cheveux, la geek de service ou la serveuse dans un restaurant chinois.
  • Et bon sang, voilà donc ce que ça donne une romcom écrite, produite et réalisée par des femmes ! L’histoire est donc tirée du roman de Jenny Han (productrice executive sur le film), le scénario est signé Sofia Alvarez (aussi à l’écriture de Man Seeking Woman) et la réalisation va à Susan Johnson. Et si vous vous posez la question: oui il y a une nette différence entre une romcom faites par des femmes et les bons vieux films (cultes parfois mais souvent très sexistes) de John Hughes ou Judd Apatow (yeurk). Les personnages sont, je trouve, plus réalistes: on s’identifie bien, ça semble honnête et sincère. D’ailleurs, je me rends compte que beaucoup de mes teen movies préférés ont été écrits par des femmes : Mean Girls, Legally Blonde, Freaky Friday, Clueless

to all the boys ive loved before netflix

Pourquoi le film fonctionne ?

  • Je me suis tellement identifiée au personnage de Lara Jean ! Je vous l’ai dit, moi aussi je suis un peu romantique dans ma tête, je m’invente des scénarios rocambolesques et je préfère passer mes soirées devant une bonne série plutôt que de sortir de chez moi. On ne se refait pas. Bref, Lara Jean est un personnage hyper attachant auquel on s’identifie facilement. C’est une grande romantique mais ce n’est pas pour autant une nunuche qui se laisse avoir par les mecs. Il y a même une petite “inversion” de certains comportements genrés propre aux romcom. Et puis Lana Condor est si douce et expressive : coup de cœur !
  • La réalisation est vraiment bonne et léchée, là où pas mal de teen movie ne mettent pas forcément le paquet de ce côté. Quand on pense à la production de The Kissing Booth (qui est ultra cliché, mais j’avoue c’était un horrible “guilty pleasure”) qui est sorti quelques semaines avant: c’est juste hyper cheap, ça n’a rien à voir avec To all the boys I’ve loved before. C’est doux, c’est beau, ça n’en fait pas trop. Il y a même, c’est vrai, un esprit un peu old school.
  • Lara Jean est fan des films des années 80s. Donc évidemment, on parle de Sixteen Candles, évidemment la soundtrack suit avec un bon petit son de Tears for Fears ou The Four Mints. Jamais sans trop pousser dans la référence, juste avec des clin d’œil qui feront plaisir aux passionné.e.s !
  • Peter Kavinsky obviously. Je ne vais pas spoiler l’intrigue du film, mais j’ai adoré la façon dont la relation se met en place entre les deux personnages. Spoiler alert: vous allez adorer Peter, c’est certain. En vrai, To all the boys I’ve loved before est un film fanstastique où “men are not trash” !
  • Les autres personnages secondaires sont aussi cool attachants comme les deux soeurs de Lara Jean: Margot (coucou Mona de Pretty Little Liars) et Kitty ou encore Lucas. Même le père de Lara Jean est top et loin des clichés des pères sur-protecteurs avec leur fille dans le très mauvais sens du terme (en mode “aucun mec ne touche à MA fille” vous voyez).
  • On est dans une rom-com donc on a forcément des personnages stéréotypés. Le beau gosse du lycée, la mean girl, la jeune fille innocente et invisible. Mais on ne tombe jamais dans des clichés vulgaires des teen movies à base de sexisme et autres (avec même un bon tacle aux classiques des 80s).
  • On parle aussi de sisterhood, d’éducation sexuelle et de slut-shaming. Rien ne semble jamais forcé, on ne veut jamais en faire trop. C’est juste naturel et c’est très bien comme ça.

to all the boys ive loved before peter


Voilà pourquoi j’ai adoré To all the boys I’ve loved before. C’est un feel-good movie par excellence. Une vraie bonne romcom comme j’en avais pas vu depuis longtemps. Ça n’en fait jamais trop. C’est simple. C’est doux. C’est beau. On sait qu’on va avoir droit à notre happy ending et bon sang ça fait du bien.

Mais, si vous ne le savez pas, Jenny Han a écrit une trilogie sur les histoires de Lara Jean: “PS: I still love you” et “Forever and Always, Lara Jean”. Au vu du succès de “To all the boys I’ve loved before”, j’imagine et j’espère bien que Netflix va adapter les deux livres suivant…  D’autant qu’à en croire les fans du roman, ce premier film est une vraie bonne adaptation ! Affaire à suivre…

Crédit photos: Awesomeness Films / Masha Weisberg / Netflix

8
Poster un Commentaire

avatar
4 Fils de commentaires
4 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
anahaddictnotrecarnetdaventuresciloucrlewerentz Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
lewerentz
Invité

Je viens d’acheter une carte-crédit Netflix et je commencerais bien par ce film. Pour moi, une actrice asiatique dans le premier rôle = ça me donne encore plus envie 😉

lewerentz
Invité

PS : bravo pour ton blog !

ciloucr
Invité

J’ai beaucoup aimé aussi!

notrecarnetdaventures
Invité

J’ai beaucoup trop aimé aussi, et pas seulement parce que l’actrice principale est viet ! J’ai trouvé ça pas sirupeux, vraiment mignon, et comme tu dis c’est une série FEEL GOOD ! 🙂

XOXO LOVE,
Anthony & Noémie, notrecarnetdaventures.com curieux et facétieux mais surtout mariés et gourmands !