american gods wednesday
Séries

Les croyances et légendes sanglantes d’American Gods

5 octobre 2017
American Gods par Bryan Fuller. Autant vous dire que vendu comme ça, j’achète de suite. Si vous ne connaissez pas encore mon amour pour Hannibal (injustement annulée), je vous invite à lire cet article. Avec American Gods (qui est l’adaptation d’un roman de Neil Gaiman), j’espérais retrouver la patte de Bryan Fuller que j’aime tant. Étant abonnés premium sur Amazon, Jason et moi avons donc profité de la première saison, qui est diffusée sur Amazon Prime Video.
Synopsis : Odin, dieu nordique, tente de rallier à sa cause les anciens dieux pour combattre les nouvelles divinités de l’Amérique qui sont, entre autres, internet, la télévision et les médias. Pour ce faire, il recrute comme garde du corps Shadow Moon, un ex-détenu qui vient de perdre sa femme et son meilleur ami dans un accident de voiture.

Cet article ne contient pas de spoilers


American Gods : l’esthétique poussée à son maximum

– Commençons par le casting d’American Gods qui est tout bonnement dingue, avec pas mal de tête connues, c’est vrai ! Le rôle titre de Shadow Moon est joué par Ricky Whittle qu’on a pu découvrir dans The 100 (Lincoln). Ian McShane, qu’on a pu voir dernièrement dans Game of Thrones (saison 6), interprète à la perfection Wednesday. Mon coup de cœur va à Emily Browning (Sucker Punch) dans le rôle de Laura Moon. Mais je me dois de citer la magnifique Gillian Anderson, que Fuller a déjà fait jouer dans Hannibal, et Crispin Glover, Pablo Schreiber (Pornstache dans Orange is the New Black) et bien d’autres ! Franchement, je crois qu’il n’y a absolument aucune fausse note de ce côté-là, tout le monde est bien à sa place ! Et je ne peux aussi que saluer la diversité du casting et des personnages représentés (personnages queer et racisés).

american gods media
– Continuons donc avec les personnages, qui sont tous aussi bons les uns que les autres, avec mes petites préférences tout de même. Car si j’aime beaucoup Ricky Whittle, j’ai quand même trouvé qu’il lui manquait un petit quelque chose. Un poil de charisme qui fait qu’il se laisse doubler par les autres personnages qui l’entoure.

  • Comme je le disais, Emily Browning est un de mes coups de cœur. Laura Moon est mon coup de cœur du show. Je ne veux pas trop vous en révéler, mais c’est juste un bonheur de la suivre et de découvrir tout le cynisme de ce personnage.
  • Mad Sweeney, interprété par Pablo Schreiber, est aussi un personnage complètement barré ! Il a en plus un style que j’aime beaucoup et qui donne vraiment de la gueule au personnage.
  • Le charisme de Ian McShane, aka Wednesday, est complètement dingue. Ce mec a une classe assez folle et une prestance qui efface ce pauvre Shadow Moon en un claquement de doigts.
  • Gillian Anderson est aussi parfaite que son personnage en fait des caisses. Je le dis ai je le redis : elle est bluffante.

– Et comme je l’attendais, évidemment je retrouve sans aucun doute la patte reconnaissable de Bryan Fuller ! American Gods est une série esthétique au possible : chaque plan est un tableau et Fuller parvient une fois de plus à nous esthétiser des choses immondes, du sang, des morts, des corps. Bryan Fuller maîtrise parfaitement la composition des plans et l’utilisation des différents éléments qui nous entoure : la pluie, le sang, le sexe, la nature…

– Et en parlant du sexe, là aussi la mise en scène des scènes de sexe sont dingue. Évidemment avec le personnage de Bilquis, mais aussi avec le Jinn par exemple. En tout cas, là encore, on est loin de ce qu’on peut voir habituellement. Et on est à des années lumières de la classique relation hétérosexuelle. Le point de vue hétéronormé, c’est clairement pas le délir de Bryan Fuller.

american gods laura moon
– On pouvait parfois se sentir un peu paumé devant Hannibal tellement le scénario nous retournait la tête, mais avec American Gods, on est clairement passé au niveau supérieur ! C’est typiquement le genre de séries (type Legion dont je vous parle juste ici) où tu termines un épisode en te disant : “Qu’est-ce que je viens de voir ? C’était génial mais, qu’est-ce que je viens de voir ?” Clairement, pendant les 2-3 premiers épisodes, j’étais vraiment à l’ouest, ce qui pouvait être un peu énervant quand même ! Malgré tout, je me suis vite prise à l’histoire et mon cerveau s’est remis en place par la suite. Et quand on sait que Neil Gaiman a toujours refusé qu’American Gods soit adapté en film car il juge son roman inadaptable sous ce format, on comprend mieux pourquoi on est un peu perdu…

Odin, Anubis, la Reine de Saba, Czernobog, Loki, Zorya… Je ne suis pas une experte en dieux, divinités et autres personnages folkloriques issus des différentes religions. Mais c’était franchement chouette d’en découvrir plusieurs ainsi que la personnification qu’en fait Bryan Fuller. Intéressant aussi de découvrir les nouveaux dieux personnifiés : notamment Media, interprété par QUEEN Gillian Anderson de la plus bluffante des façons. Tout ça en n’omettant pas une satire bien cynique des différentes religion qui en prennent quand même un peu toutes pour leur grade !

american gods bilquis
– La première saison se compose SEULEMENT de 8 épisodes (d’environ 50 minutes) et pourtant, on prend notre temps. Ça peut être assez frustrant car on en veut plus et on manque clairement de temps, mais American Gods décide de le prendre malgré tout. On prend le temps de nous raconter plein de choses : des croyances, des contes, des histoires qui sont liées à l’histoire principale qu’on nous raconte, mais dont d’autres se seraient peut-être passés de nous raconter. Le storytelling est alors maîtrisé à la perfection, notamment dans le septième épisode, qui est assez hallucinant de ce côté là.

– Et ce qui est intéressant c’est que, même si Shadow nous est présenté comme le personnage principal de la série, on ne suit pas son point de vue tout au long d’American Gods. On donne beaucoup d’importance à d’autres personnages, qu’on suit sans suivre la vision de Shadow. Ça permet d’avoir plein de points de vue différents assez sympas.


Suivre la road trip débridé de Shadow et Wednesday fut un pur plaisir ! Voir ce que l’avenir nous réserve dans la deuxième saison, après un très bon final qui nous ouvre plein de possibilités, s’annonce encore plus savoureux ! Si vous aimez le style de Bryan Fuller, que vous avez aimé Hannibal et que vous n’avez pas peur d’avoir du mal à tout comprendre, American Gods est définitivement pour vous !

american gods mad sweeney
Si vous avez aimé American Gods : 

Crédit photos : Starz/Amazon Prime Vide

11
Poster un Commentaire

avatar
4 Comment threads
7 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
5 Comment authors
LaurianneSweet JudasanahaddictPrincesse PastèqueManon Recent comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Manon
Invité

J’avais regardé le premier épisode car j’aime bien tout ce qui est mythologie (et Bryan Fuller) mais je n’ai rien compris… il faudrait quand même que je laisse une chance à la série et que je tente de regarder la suite ! Mais attendre l’épisode 7 pour comprendre l’histoire, c’est pas un peu frustrant ?
http://lecocondemanon.blogspot.com

Princesse Pastèque
Invité

J’avoue avoir eu du mal à accrocher à cette série. Ce qui est bête, c’est que j’ai quand même vu 7 épisodes sur les 8. Mais j’ai jamais trouvé la motivation de voir le dernier. J’ai pas tellement accroché à l’histoire qui m’a complètement perdue. Je me doutais que ce serait perché mais là… j’ai atteint mon max je crois. Par contre en effet, qu’est ce que c’est beau ! Rien que le générique m’excite à un point… Les plans et les couleurs sont tellement bien travaillés ! Et Gillian Anderson est géniale. D’ailleurs j’ai un peu commencé la série… Read more »

Sweet Judas
Invité

J’ai regardé l’ensemble de la première saison mais franchement… Je sais toujours pas quoi en penser. C’est une grosse, GROSSE, saison de mise en place à laquelle je n’ai pas piné grand chose. L’acteur qui incarne Shadow est relativement transparent en comparaison du reste du casting et c’est bien dommage. Etant donné qu’il est nos yeux et nos oreilles et que, concrètement, on se pose juste cent fois plus de questions que lui (se faire aspirer par un robot pour parler au dieu des réseaux sociaux et du web ? Pas d’souci). Visuellement, c’est beau mais sur huit épisodes, c’est… Read more »

Laurianne
Invité

Une série déroutante et un super article !
J’avais vraiment adoré suivre les épisodes ! J’ai vraiment hâte que la saison 2 sorte !