avalon lewis
Lifestyle

Dans l'univers mystique d'Avalon Lewis #Interview

27 octobre 2016
Cela doit bien faire au moins quatre ans que je suis Avalon Lewis sur les internets. À vrai dire, à la base, c’est parce que nous avions des amis en commun que j’ai découvert son univers. Puis rapidement, je suis surtout restée car j’appréciai la personne et son travail. C’est donc tout naturellement que j’ai eu envie de lui poser quelques questions, pour que vous puissiez la découvrir à votre tour !
Personnellement, je suis fasciné par le style d’Avalon Lewis.
J’ai un vrai coup de cœur pour ses personnages, majoritairement féminins. Les sorcières sont mes préférées : tout cet univers mystique et fantastique me plaît énormément. Et tout ça m’a permis de réfléchir de nouveaux à de futurs projets de tatouages. J’en ai également profité pour passer une petite commande sur son shop, que je vous invite à découvrir. Mais passons aux choses sérieuses et laissons la parole à l’artiste, s’il vous plaît !
 

Commençons par le grand classique : peux-tu te présenter, toi et ton parcours ?

Alors je m’appelle Avalon, j’ai 22 ans et après un bac arts appliqués j’ai enchainé et obtenu un DMA Illustration, à Paris. Suite à cela j’ai fais une année de “pause”, pour ensuite m’engager dans un cursus de design graphique aux Beaux-Arts de Toulouse, et c’est ma dernière année.

Quels sont les domaines dans lesquels tu pratiques ?

L’illustration c’est le pôle principal. À coté de ça je tente d’expérimenter dans pleins de domaines différents : photo, textile, tatouage, body art, édition… tout ça se mêle et se nourrit. Même si le résultat n’est pas toujours concluant, il faut tenter des choses ! J’essaie d’appliquer mes dessins sur d’autres supports comme la peau ou le tissu, ça leur donne une toute autre ampleur et c’est intéressant de voir comment ils s’y adaptent. C’est important de diversifier ses pratiques non? Je n’aime pas me sentir cloisonnée, enfermée dans un seul domaine. C’est pour ça aussi que la spécialisation n’est pas mon truc. Pour changer un peu d’air quelques jours, je pars faire un stage auprès d’une céramiste courant octobre. J’ai vraiment hâte de me salir un peu les mains !

Quel matériel utilise-tu au quotidien pour tes créations ?

Au niveau du dessin c’est très basique : crayon de papier et stylo noir type Staedler la plupart du temps. Ensuite je colorise sur logiciel, avec une tablette graphique. Il m’arrive d’utiliser différents types d’encres certaines fois, des pastels… Mais ce n’est pas ce que je partage le plus. J’utilise des outils de flemmarde (rires). Au moins le résultat est directement “concret”. Je n’ai pas énormément de patience pour la peinture ou ce genre de chose, et ce n’est pas mon fort.
avalon lewis

Comment définirez-tu ton style ?

Question compliquée, ce sont les autres qui en parlent le mieux je crois… En tout cas j’essaie tous les jours de le rendre plus épuré, direct, efficace… J’apprécie les lignes fines et nettes, le contraste des techniques traditionnelles mêlées au numérique. On retrouve beaucoup de noir & blanc dans mes illus, mais de temps en temps de gros aplats de couleurs, des motifs à foison… Pleins de petites contradictions ! Mais il reste assez homogène au final, avec ses touches de poésie, de magie, d’absurdité… Des visages très simples, un peu énigmatiques…

Justement, qu’est-ce que tu aimes dessiner ?

Tout ce qui touche aux sciences occultes, à la mythologie, au fantastique… Ça me passionne ! C’est vraiment le genre de thèmes que je ne me lasse pas de traiter graphiquement. Tout ce qui est représentation du corps aussi, dans toute sa diversité. Je commence à avoir pas mal de nus féminins qui peuplent mon compte Instagram, ainsi que de la lingerie : ma passion du stylisme qui ressort en fait. Après j’ai aussi mes petites obsessions graphiques comme les piscines : il n’y a pas une année qui passe sans que je ne fasse une série là-dessus ! On peut rajouter à ça les thèmes culinaires, les architectures aux lignes très simples et aux structures un peu chaotiques, la végétation..
avalon lewis

Moi je vois des sorcières, des guerrières, des corps nus… on a majoritairement des femmes dans tes dessins, c’est volontaire ?

En fait ça a toujours été le cas, ça me parait naturel dans mon dessin, depuis toute petite. Il y a peut-être aussi le besoin d’identification qui joue. J’aime les figures féminines fortes, libres, diverses. C’est ce qui m’inspire le plus tout simplement. C’est vrai que lorsqu’il y a d’autres personnages qui les accompagnent, ils sont souvent un prétexte pour les mettre en valeur et/ou sont souvent non genrés…

D’où tires-tu tes inspirations pour créer ?

Des rencontres que je fais et des échanges que ça engendre. De mes lectures, des films que je regarde, de la musique, d’internet aussi énormément. C’est pas très original ! Ah et je rêve énormément. Ça me laisse des images très nettes au réveil que je réutilise de temps en temps dans mes illustrations. Ça m’arrive de trouver l’inspiration dans des choses totalement insignifiantes ou complètement absurdes.

Quels sont tes artistes favoris ? Ceux qui t’inspirent ?

Un peu en vrac et dans divers domaines : Park Chan-Wook, Satoshi Kon, Ren Hang, Eleanor Davis, Patrick Kyle, Synchrodogs, Tarmasz, Grimes, Austra, Dévastée, Aya Sato & Bambi, Yeha Leung, Loic Locatelli, Charles Freger, Nobuyoshi Araki, Francis Bacon, Manuele Fior, Yuichi Yokoyama… Impossible de lister tout le monde forcement, en plus je retiens pas bien les noms… Si ça se trouve toi qui me lis tu en fais peut-être parti !
avalon lewis

Tu as déjà un joli eshop mais concrètement (ou non), c’est quoi tes projets du côté artistique ?

Alors au moment où j’écris ces lignes je cogite, beaucoup. Comme d’habitude mais en pire en fait ! Parce qu’il va falloir que je fasse plein de concessions si je veux amener à terme les divers projets que j’ai en tête. Et parce que rien n’est fixé, que je pense à pleins de choses mais est-ce que ça vaut le coup ? Est-ce que ça va vous plaire ? Est-ce que je vais y arriver ? Désolée de ne pas pouvoir très bien répondre à cette question. Un peu de suspense c’est pas mal aussi, vous découvrirez ça au fur et à mesure… Et je n’ai pas envie d’annoncer des choses qui au final ne se feront pas, c’est un peu décevant. Les choses peuvent changer tellement rapidement, on est jamais à l’abri d’un projet surprise qui nous tombe dessus sans prévenir et qui prend le pas sur tout le reste : véridique. Avec le diplôme qui arrive dans quelques mois je vais devoir m’adapter !

Tu as parlé de tatouages : tu aimerais tatouer également ? Où en es-tu dans ce projet ?

Oui à terme c’est le but. J’aimerais faire ça régulièrement même si je n’en fais pas mon boulot à plein temps. Je continue à m’entrainer sur ma propre peau et 2-3 personnes sont déjà passées sous mes aiguilles. Mais il faut que j’apprenne à avoir beaucoup plus confiance en moi ! Donc ça avance doucement, j’ai du mal à dégager du temps pour ça ces derniers temps d’ailleurs, même si l’envie ne manque pas. Mon mur de flash est déjà bien avancé !


Avalon Lewis

Shop – Blog
TwitterInstagramFacebook

avalon lewis

Crédit photos : Avalon Lewis

Vous aimerez peut-être aussi...

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de