montréal
Montréal

Quelques conseils lors d’un voyage à Montréal

6 septembre 2016
Vous prévoyez un voyage à Montréal ? Voici quelques éléments à savoir pour passer un voyage sans trop de soucis.


Prendre le bus aussi

Je vous le disais ici, j’ai pris une carte de transport pour la semaine, en illimité. Le métro montréalais est ultra simple : quatre lignes. On peut difficilement se tromper. Toutefois je trouve que du coup, il ne dessert pas super bien toute la ville. Dans ce cas pas de problème, n’hésitez pas à prendre le bus ! Avec Google Maps ou une application comme Citymapper, c’est super simple de trouver le bon bus pour arriver à bon port. Comme pour Londres, les bus sont quasi dépourvus de touristes (sauf celui menant à Mont Royal puisqu’aucun métro n’y accède évidemment) et je les ai rarement vu bondés. N’hésitez pas à les emprunter ! D’autant plus que votre forfait STM est autant valable pour le métro que le bus (25,75 $ pour une semaine en illimité).


Attention aux taxes

Comme aux États-Unis, tous les prix affichés sont hors taxes. Il faut donc ne pas se faire avoir s’il vous reste tout juste la monnaie, le prix sera plus élevé que celui affiché. Généralement, les taxes s’élèvent de 15 à 20% il me semble.

Toutefois, certains restaurants affichent des notes disant “les prix affichés comprennent les taxes”. De même, quand vous allez prendre un billet de métro, les taxes sont déjà incluses. Et c’est généralement pareil pour les visites au musée par exemple. C’est vraiment dans tout ce qui est consommation quotidienne (nourriture, restaurant, vêtements..) que les taxes ne sont pas incluses.


Les fameux tips

J’appréhendais un peu ce truc du pourboire, chose bien “inconnue” chez nous. Ici comme aux États-Unis, le pourboire est OBLIGATOIRE. Il est très mal vu de ne pas en laisser. Il faut d’ailleurs en laisser environ 15% de la note et il est là aussi très mal vu d’en laisser moins. Par contre le pourboire est valable uniquement quand service il y a, donc quand vous vous asseyez et qu’on vient vous servir. Si vous allez au Starbuck prendre une boisson à emporter ou dans un fast food au comptoir, pas de pourboire. Quoi qu’il y aura toujours un petit pot dédié aux tips, libre à vous d’en donner, mais ce n’est pas obligatoire dans ces cas de figure.

Comment calculer le pourboire ?

Là ce n’est pas bien compliqué. Quand on vous donne la note, les taxes (qui ne sont pas comprises dans le prix de départ donc) sont affichées : TQV et TQS. Il suffit d’additionner ces deux taxes pour vous donner le tarif du pourboire. À vous de choisir de laisser plus, mais jamais moins. Ainsi, si la taxes TQV est de 1,5$ et que la TQS est de 2,5$, il suffit de laisser 4$ de pourboire. Suivant les centimes, j’arrondis toujours au dollar au dessus. Quelques fois, il y a des “suggestions de pourboire” inscrit sur la note. Il parait aussi que le pourboire est inclus sur certaines factures. Il faut vérifier, mais je n’ai jamais eu ce cas de figure.

Comment payer le pourboire ?

Si vous payez à la carte, c’est on ne peut plus pratique. La machine vous propose d’ajouter directement votre pourboire. Avant votre paiement final, on vous demande si vous voulez ajouter un pourboire (ne mettez donc jamais “non”), puis si vous voulez le payez en pourcentage ou en dollars. En pourcentage mettez donc 15%, et en dollars tapez la somme appropriée puis, procédez au paiement final.

Si vous payez en liquide, ce n’est pas plus compliqué. Si votre facture est de 15$ et que vous donnez un billet de 20$, la personne va vous rendre la monnaie exacte, soit 5$. Quand elle vous rend la monnaie, vous pouvez donner le pourboire à ce moment-là.

Dans un bar, quand vous prenez un verre, donnez une pièce de pourboire (soit 1$). Une consommation = un dollar de pourboire tout simplement.


Faire ses achats grâce à Revolut

Amener une grosse somme en liquide et l’échanger sur place ? Faire un échange à sa banque avant de partir et se faire enfler de dizaines de dollars ? Utiliser sa CB sur place et se prendre les taxes en pleine poire ? Pas toujours facile de faire ses dépenses à l’étranger sans se faire avoir. Et moi j’en avais un peu ras-le-bol d’être une vache à lait.

J’ai trouvé la solution idéale en ouvrant un compte sur Revolut. Revolut c’est une sorte de banque en ligne. Je vous vois déjà défaillir, ne vous inquiétez pas, vous ne vous engagez dans pas grand chose. En vrai ça ressemble un peu à un compte Paypal, sauf que vous recevez un carte bancaire en plus. Et surtout : tout est gratuit.
En vous inscrivant vous recevez donc rapidement une carte bancaire à votre nom. Celle-ci est valable partout dans le monde (mastercard) et vous avez zéro frais. J’avoue qu’avant de tester j’étais perplexe, mais je ne suis pas déçue d’avoir opté pour cette option.

L’utilisation est simple. Vous faites un virement avec votre compte bancaire sur votre compte Revolut. Et voilà. Vous pouvez payer partout, tirer de l’argent dans les DAB partout SANS FRAIS. Nulle part. À chaque fois que j’ai tiré de l’argent ou fait des paiements, j’avais zéro frais. Mon compte était crédité en euro et le paiement en dollar était exact, le bon taux de change était appliqué.

En plus, l’application se met à jour automatiquement après chaque paiement, du coup on voit immédiatement ce qu’on a dépensé. Je garde mon compte Revolut bien au chaud pour mon prochain voyage à l’étranger et je vous le recommande vivement. Aussi, c’est un outil idéal pour celles et ceux qui n’osent pas commander sur le net de peur de se faire pirater leur carte. Vous créditez sur votre compte l’argent nécessaire et voilà !

Attention toutefois à Montréal, il y a énormément de DAB dans des boutiques. Ceux-là ne sont pas les DAB qu’on trouve en banque et ils se prennent une marge. Vous aurez des taxes dans ces machines là. J’ai eu le coup une fois car je n’avais pas le choix, il n’y avait pas de banques à proximité…


 N’oubliez pas le tutoiement

C’est la chose que j’aime beaucoup et pourtant j’ai eu beaucoup de mal à m’y faire. Autant ça ne me gêne absolument pas qu’on me tutoie, autant mes habitudes de petite française font que j’ai du mal à tutoyer en retour. Mais à Montréal, tout le monde va vous tutoyer et faites en de même ! C’est quand même plus détendue non ? Un petit “Salut ça va bien ?” en entrant dans un magasin ou en s’asseyant au restaurant, ça donne le ton. Et n’hésitez d’ailleurs pas à rajouter des “tu” à tout-va pour vous fondre dans la masse : “Tu peux-tu me passer le sel ?”


Retrouvez tous mes articles sur la ville :

Vous aimerez peut-être aussi...

4
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
3 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
anahaddictLuciluciol Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Luciluciol
Invité
Luciluciol

hello, j ai decouvert ton blog il y a qq mois et le consulte regulierement avec plaisir (d autant que je suis provinoise d origine et me rend de temps en temps a troyes sans savoir ou bien y manger) (tes articles series <3 ). Cet article en particulier reste ancre dans ma mémoire ; le principe de revolut est super et je me demandais si ca ne serait pas une bonne solution au quotidien pour ne plus payer une partie de ces fichus frais bancaires : supprimer sa cb et utiliser celle de revolut, qu en penses tu ?