Ça va barber
Lifestyle

Ça va barber, le shop des velus #Interview

1 février 2016
Comment ça on va parler barbes et moustaches ? Bon, c’est vrai que niveau pilosité faciale, je ne suis pas le meilleur exemple. Mais sachez que anahaddict compte aussi un rédacteur moustachu, Le Véritable. Oui oui. Mais qui dit barbes et moustaches, dit aussi entretien. Parce qu’une toison faciale mal entretenue où on y trouve à boire et à manger, ce n’est pas l’idéal. Non, un poil luisant et soyeux, ça vend quand même plus du rêve.
Et le joli shop Ça va barber a fait son entrée sur les internets, avec ses huiles pour entretenir les velus. Identité visuelle travaillée, packagings à tomber, produits français, vegan, cruelty free. Un combo gagnant, définitivement. Et derrière Ça va barber se trouve Geoffrey, Lyonnais et poilu de son état.


Salut Geoffrey, pourrais-tu te présenter, toi et ta marque ?

Alors moi c’est Geoffrey, ça fait mal de le dire mais j’ai 27 ans (rires). Je suis ingénieur en informatique dans des trucs pas très sexy, alors l’année dernière, j’ai créé Ça va barber pour faire quelque chose qui me plaît et me correspond. À ce moment-là, je me faisais pousser la barbe pour la énième fois et cette fois, je voulais tout faire pour la garder. Je me suis renseigné sur les produits pour l’entretenir. J’achetais des huiles pour barbes au USA. Mais les frais de port étaient chers, l’odeur pas top et au final, niveau composition, je ne savais pas ce que je me mettais sur la gueule. C’est là que je me suis intéressé aux huiles végétales et que j’ai commencé à en faire pour moi. À force de test, je suis tombé sur une formule assez sympa, alors j’en ai filé aux potes. Ils sont tous revenus contents et d’autres personnes m’en demandaient. Alors j’me suis lancée là-dedans, comme ça !

À partir de là, comment s’est mise en place la création de Ça va barber ?

J’avais mon idée précise sur l’identité de la marque début 2015. Des dossiers cosmétiques étaient déjà en cours. Mais j’avais commencé à me renseigner sur les démarches administratives fin 2014. J’étais vraiment dans l’inconnu et j’avais peu d’informations. Une amie savonnière, qui connait bien les démarches, m’a beaucoup aidé là-dedans. J’ai lancé la page Facebook en avril 2015, c’était le vrai premier pas. Ça a vraiment explosé d’un coup sur les like, notamment grâce au design. Et en juillet j’ai lancé le site et j’ai commencé à vendre !
©LaMeute-CaVaBarber_HOME-2015-3-min

Et tu gères la marque tout seul ?

Oui je fais tout seul : la préparation des produits, les envois, gérer les réseaux sociaux… C’est pour ça que je ne sors pas un nouveau produit tous les mois ! Je fabrique toutes les huiles dans un labo, puis je les ramène chez moi et je fais mes petits colis ! L’intérêt de tout faire soi-même c’est que, si ça merde, je ne peux m’en prendre qu’à moi ! Heureusement j’ai aussi des copains qui m’ont aidé ! Mon pote Mehdi m’a fait tous le design, les illustrations. Il n’avait jamais fait de packaging, donc c’était aussi une première pour lui. Audrey, la savonnière, m’aide encore beaucoup dans les démarches.

Comment sélectionnes-tu les produits pour tes huiles ?

Au début, je n’avais pas trop de connaissances, j’avais un fournisseur en Angleterre. Puis j’ai appris à sélectionner des huiles de meilleure qualité donc je me suis tourné vers la France. C’est bien mieux car je sais d’où ça vient !

Tes huiles sont donc de composition française, vegan, cruelty free… C’est important pour toi de produire dans ces conditions ?

Je ne suis pas vegan, mais c’est important pour moi que les huiles le soient. J’ai beaucoup d’amis vegan donc j’ai appris à faire attention. C’est important, car beaucoup recherchent ce type de produits, et ce n’est pas toujours évident. Au début quand j’achetais des huiles pour moi aux USA, je me demandais vraiment ce que je me foutais sur la tronche. En France, les réglementations sont compliquées, c’est contrôlé. On est sur de ce qu’il y a dedans. Je ne veux plus aucun produit chimique sur ma peau, donc c’est normal de proposer la même chose à mes clients.

Pour l’instant, tu proposes trois huiles, qu’est-ce qui les différencie ?

Les trois huiles ont la même base d’huiles végétales. Ce qui change, c’est l’odeur ! J’ai d’abord sortie À la Régulière, qui est sans odeurs car j’ai remarqué que ça ne se faisait pas à l’époque, et beaucoup le demande. Et puis pour me lancer, c’était aussi plus simple au niveau des réglementations cosmétiques, car il n’y a pas d’huiles essentielles dedans. Puis j’ai sortie À La Maximus, avec de l’huile essentielle de romarin (d’où le visuel “Romain”), de bergamote, encens et ylang ylang. Puis À la Bûcheron, avec des huiles essentielles d’épinette noire et d’eucalyptus qui font bien bûcheron, et un peu de géranium pour adoucir le parfum. Je n’aime pas les parfums trop forts et j’ai avant tout envie de faire quelque chose qui me plaît !

Quels sont les principaux effets de tes huiles ?

Les huiles aident principalement à réduire et supprimer les petites démangeaisons. Avec une grosse barbe, on a aussi des pellicules, c’est insupportable. Avec l’huile, j’ai vu les miennes disparaître en une semaine de temps. Des petits boutons peuvent apparaître sur les peaux à la barbe bien fournie, et l’huile vient supprimer ça. Et bien évidemment, ça fait une barbe plus douce, ce qui plaît toujours à madame ou monsieur (rires).
Ça va barber

Tu prévois de sortir d’autres produits ?

Oui je déborde d’idées mais je ne peux pas tout faire d’un coup comme ce n’est pas mon métier principal. Les prochains produits qui arrivent sont des savons, faits avec mon amie Audrey. On en a mis dans le coffret de Noël, pour teaser un peu ! Ce ne sera pas un savon pour le rasage mais pour se laver, nettoyer la barbe comme il faut ! Ils sont saponifiés à froid, super clean évidemment. Ils vont sortir fin février idéalement.. On est en production donc il faut encore qu’ils sèchent six semaines minimum. À côté de ça, pour l’instant, je m’entraîne. Je veux sortir un nouveau produit quand il sera absolument parfait pour moi ! J’aimerai faire du baume à barbe.. Je travaille dessus en ce moment mais il ne me convient pas parfaitement. Une cire à moustache est presque prête, je suis sur les test et les dossiers cosmétiques donc ça peut prendre quelques mois ! Sinon, il y a deux ou trois huiles que j’aimerai sortir avec de nouvelles odeurs et peut-être une ou je changerai la composition des huiles végétales. Mais je ne veux pas faire trop compliqué, que les gens s’y retrouvent ! En tout cas, la prochaine sera la Viking ! Déjà testée et approuvée par pas mal de mes proches

Tes packagings sont dingues, c’est essentiel pour toi l’image de la marque ? L’identité visuelle, la présence sur les réseaux sociaux…

Ouais c’est carrément essentiel ! Le community management m’intéresse beaucoup donc ça me plaît bien de gérer la présence de Ça va barber sur le net. En lançant la marque, je voulais avant tout faire quelque chose qui me ressemble. Et Mehdi a bien saisi le style que j’imaginais pour les visuels. On est pote depuis longtemps, on est dans le même délire ! On a la même culture des internets, alors c’était top de travailler ensemble.

On trouve tes produits exclusivement sur le net ?

Je suis surtout sur le net oui, mais je fournis aussi la plupart des barbiers de Lyon et aussi quelques boutiques en France, je dois en être à une vingtaine aujourd’hui ! Ce qui est cool, c’est que tous les magasins où je vends m’ont contacté directement. Ce sont eux qui sont venus vers moi. Au début je n’avais pas trop envie, je n’osais pas trop, puis finalement, je me suis lancé !

Pour finir, comment expliques-tu ce regain d’intérêt pour la barbe bien fournie, alors que ça a beaucoup était vu comme quelque chose d’un peu sale ?

Bonne question ! Franchement je ne sais pas du tout.. Il y a eu un revival du barbier, du rasage à l’ancienne, ça a aidé. Moi, mon père a toujours eu la barbe et la moustache, donc ça m’a influencé. Mais la “mode mode” de la barbe est aussi venue avec les hipster. Maintenant le terme est un peu passé du côté péjoratif, mais au final on est tous un peu hipster aujourd’hui donc ça ne veut plus dire grand chose. Et puis les mecs veulent prendre soin d’eux, alors les produits pour barbe sont importants.


 

Ça va barber - maximus Ça va barber - Bûcheron Ça va barber Ça va barber - régulière

Crédit photos : La Meute

2 Commentaires

  • Répondre
    Alexandre
    3 février 2016 at 0 h 08 min

    Ooooh très intéressant article que je découvre ici en venant pour enfin lire ton article consacré à Star Wars ! 🙂
    Pour ma part j’ai une préférence pour l’huile “Bûcheron”, dont je trouve l’odeur plus forte et fraiche. La régulière est pour moi une petite déception : elle ne sent rien et du coup … je n’en vois pas l’intérêt, parce que si j’en mets sur ma barbe, c’est pour me faire des mini-kiffs dans la journée en sentant quoi :p
    En tout cas, très jolies photos pour agrémenter l’article, bravo !

    • Répondre
      anahaddict
      3 février 2016 at 14 h 49 min

      Ah bah mon copain, c’est pour la Maximus qu’il a craqué 🙂 Mais justement, la régulière c’est pour ceux qui ne veulent pas d’odeur, oui je trouve aussi que c’est mieux avec, mais il y en a qui ne supporte pas (puis les huiles essentielles ça reste délicat, beaucoup y font des allergies..) Les photos sont prises pas le collectif de photographes La Meute et c’est clair qu’elles sont sacrément chouettes 🙂

Laissez un mot doux