Séries

Scream Queens, véritable guilty pleasure

14 décembre 2015

Scream Queens. J’ai vu la bande annonce. Que j’ai totalement détesté (je le dis même ici). Mais ma curiosité sériesque prend finalement le dessus. “Bon je vais quand même jeter un oeil, histoire de ne pas mourir bête.” Ce type de réflexion récurrente m’apporte beaucoup d’ennuis. Des choses que j’aurais préféré ne jamais voir. Mais que ne fut pas ma surprise d’apprécier Scream Queens, malgré des débuts difficiles.

Synopsis : Grace Gardener débarque à l’université de Wallace et souhaite rejoindre la sororité à laquelle appartenait sa mère décédée, pour se rapprocher d’elle : Kappa Kappa Tau (KKT). Aujourd’hui, elle est dirigée par Chanel Oberlin, petite peste bourgeoise par excellence. Peu de temps après la rentrée, un tueur déguisé comme la mascotte du campus, “the red devil”, commence à liquider les membres de KKT. Cette série de crimes pourrait être liée à un drame remontant à 1995…

Note : dans le cinéma, une “scream queen” est une actrice de films d’horreur qui incarne le stéréotype complet de la demoiselle en détresse. Grande, belle, blonde. Elle tente généralement d’échapper au tueur sanguinaire et se vautre lamentablement. Et se fait trucider gentiment en lâchant son cri le plus travaillé.

Cet article ne contient pas de spoilers

Scream Queens - Red Devil


– La “patte Ryan Murphy” est évidente. Beaucoup ont dû faire le lien et je pense qu’on peut le faire. Scream Queens se situe définitivement entre Glee et American Horror Story. C’était d’ailleurs pour cette raison que la série ne me tentait pas. Pourtant, le mélange est très réussi. On pense immédiatement à AHS avec ce tueur en série, bien que niveau horreur, on n’a rien qui fait franchement frissonner (enfin AHS hormis les deux premières saisons…) Mais au-delà de ça, c’est aussi dans l’esthétique que ça se joue. La composition des plans. Des mouvements de caméra vertigineux. Quelque chose de sombre et très léché à la fois Un grain. Quant à l’influence de Glee, elle se retrouve dans les personnages délurés et hauts en couleur, pour sûr. Un aspect acidulé qui tranche avec l’hémoglobine.

– Clairement, on ne peut pas regarder Scream Queens au premier degré. Ni au deuxième. Mais plutôt au millième degré. Il y a un niveau d’absurde tellement élevé qu’on ne peut à aucun moment prendre les choses aux sérieux. Jamais. C’est en cela que la série devient vraiment un guilty pleasure. Ça n’a aucun sens et ça lui donne un petit côté jouissif. Mais il ne faut pas se leurrer : ça passe ou ça casse. Certains vont trouver ça complètement délirant comme moi, d’autres seront rapidement gonflés. Je ne pense pas qu’il y ai de juste milieu avec ce type de parti pris.

– La série se montre comme un slasher et les têtes tombent épisodes après épisodes. Sur la fin, j’avoue que le rythme ralenti un peu, mais ça reste savoureux. Et ce n’est pas aussi hypocrite que Scream, qui a du mal à tuer ses protagonistes. Le show vient aussi démonter absolument tous les clichés du genre. Un à un les codes de l’horreur sont tournés en ridicule et exagérés de manière totalement improbable. Il n’y a jamais rien de cohérent. Et mention bonus pour le costume du Red Devil, vraiment bien fichu !

Scream Queens
– Et les dialogues sont à la hauteur. Piquants. Cyniques. Au milieu de tout ce cirque, des remarques bien acerbes sur la culture, la société, les moeurs, les clichés. On se gausse.

Thad : This year i’m so thankful for the lax indecency laws in Eastern Europe that inundate our Internet with millions of hours of hardcore porn. Which helps to just generally raise the bar on the stuff that chicks feel like they have to do now.
Chanel : And you Thad, have a bright future ahead of you in the sex offender wing of a supermax prison.

– Aucun personnage n’est sain d’esprit. Vraiment. Aucun. Même ceux qui peuvent sembler l’être au début. Ils sont tous totalement absurdes et n’auraient définitivement pas leur place dans la “vraie vie” (ou sous surveillance psychiatrique rapprochée peut-être). La plupart sont incohérents, agaçants, exécrables. Et pourtant on arrive à s’attacher à certains d’entre eux comme Zayday, Denise, Chanel #3, et même Dean Munsch.

– Dean Munsch parlons en… Jamie Lee Curtis : “the original scream queen”. Vous ne vous en souvenez peut-être pas, mais elle a débuté sa carrière dans les films d’horreur : Halloween, Prom Night, Terror Train... Elle s’en est détournée pour éviter que ce rôle ne lui colle a la peau, pour y revenir cette année. Pour notre plus grand bonheur, vraiment. N’oublions pas non plus que Jamie Lee est la fille de Janet Leigh : Marion Crane dans Psychose ! Et on peut dire qu’elle est la digne héritière de sa mère, à qui elle n’aurait pas pu rendre un meilleur hommage que dans cette série.

Scream Queens - Chanel
– Et le casting est franchement une bonne surprise.  Si Skyler Samuels (Grace) est totalement fadasse, on ne peut pas en dire de même de Keke Palmer (Zayday Williams), génialissime. J’ai été agréablement surprise par Lea Michelle, vraiment surprenante dans le rôle d’Hester. Elle est carrément dérangeante ! Belle découverte aussi avec Billie Lourd (Chanel #3) dans son premier rôle. On la retrouve bientôt dans le prochain Star Wars : Billie n’est autre que la fille de Carie Fisher ! Par contre, j’ai eu beaucoup de mal à supporter Abigail Breslin (Chanel #5).

– Je ne pensais pas le dire un jour mais : j’ai adoré Emma Roberts. C’est une actrice que je n’aime pas du tout et j’ai eu du mal au début à cause d’elle. Mais finalement, j’ai réussi à intégrer le personnage de Chanel Oberlin et à lui trouver des subtilités assez sympa. J’aurais préféré découvrir l’actrice dans ce rôle, je l’aurais peut-être plus apprécié au final.

– Je demande la création d’un spin-off dédié à Denise Hempfild (Niecy Nash). Vraiment. Ce personnage, c’est de l’or. Tous ses dialogues sont savoureux et elle à un style assez dingue.

Scream Queens - Denise
Scream Queens est bourré de références cinématographiques. Et si vous connaissez bien vos classiques, ce n’est pas compliqué de les repérer tellement ça saute aux yeux (mais certains sont très subtils) : Shining, Massacre à la tronçonneuse, Le silence des agneaux ou encore Orange is the new black. Et moi en voyant la troupe des Chanel, je ne peux pas m’empêcher de penser à Mean Girls !

– Le show se veut comme une anthologie, à la American Horror Story donc : une saison, une intrigue. Le pari est réussi cette saison, la conclusion me plaît plutôt bien. Mais j’ai peur que le tout s’essouffle rapidement. J’ai l’impression qu’on a vraiment bien fait le tour et j’ai du mal à voir comment on peut renouveler le concept pour une deuxième saison, voire plus. Mais vu les audiences médiocres, pas sûr de voir une suite débarquer !

 


Scream Queens n’est pas la série du siècle, loin de là. Mais c’est un véritable guilty pleasure. À prendre comme tel, et surtout pas au sérieux, au risque que la déception soit grande. Et puis on peut aussi gratter un peu cette couche d’absurdité pour savourer quelques critiques acerbes et bien pensées.

Scream Queens - Chanel
Si vous avez aimé Scream Queens : 

Crédit photos : Fox

Vous aimerez peut-être aussi...

10 Commentaires

  • Répondre
    Sweet Judas
    15 décembre 2015 at 12 h 49 min

    Je suis plutôt d’accord avec l’ensemble de ta critique (sauf que moi, je la vois pas comme un guilty pleasure, mais bien version “fan hystérique” un peu flippante, toussa toussa). C’est un peu ma p’tite pépite de l’année 2015, Scream Queens (avec Sense8, quand même)… Drôle, cynique et complètement barrée. Il m’en faut pas beaucoup plus pour apprécier 🙂
    Denise Hemphill, [Cathy] Dean Munsch & Chad Radwell sont vraiment des personnages fabuleux. Je compte plus le nombre de fous rires que j’ai pris devant leurs répliques absolument priceless.
    Il me semble qu’une saison 2 est en voie de confirmation … ? J’ai cru comprendre que cela se déroulerait une dizaine d’années avant les évènements de cette saison-ci. Donc ça me promet encore des tas de répliques cinglantes entre petites filles riches, blondes & minces et cette perspective me plonge dans une joie profonde, je dois bien l’admettre 😀

    • Répondre
      anahaddict
      15 décembre 2015 at 12 h 55 min

      Ah tiens je n’ai pas encore pris le temps de regarder Sense8 ! Il faudrait vraiment que je m’y mette…
      Sans spoiler ceux qui liraient les commentaires, le dialogue de fin entre Denise et Chad est absolument magique ! Mais j’avoue que je reste mitigée face à une seconde saison, mais j’attends de voir ! 😉

  • Répondre
    aurelvelvet
    15 décembre 2015 at 16 h 41 min

    Haha, j’ai trouvé cette série réjouissante, je riais comme quand je regardais Hot Shots ado^^ Les personnages sont vraiment chouettes (mention spéciale à Chad, Denise et Chanel#3 !)

    • Répondre
      anahaddict
      15 décembre 2015 at 18 h 20 min

      C’est ça ! On passe un super moment à se marrer, c’est vraiment réjouissant comme tu le dis ! Denise et Chad reviennent souvent dans les personnages coup de coeur, ils sont savoureux ahah

  • Répondre
    Cassandra Praud
    15 décembre 2015 at 19 h 07 min

    Chouette article ! J’hésitais justement à me lancer dans la série, j’avais peur d’être déçue. En plus je suis pas vraiment une fan de Lea Michele, je détestais son personnage dans Glee.
    Mais bon, je suis curieuse, je vais m’y mettre cette semaine !

    • Répondre
      anahaddict
      15 décembre 2015 at 19 h 13 min

      Ah bah ravie que mon article te donne envie de regarder 🙂 J’espère que tu ne seras pas déçue sinon tu vas m’en vouloir 😛 N’hésites pas à repasser ici pour me donner ton avis ^^

  • Répondre
    Aurélie
    15 décembre 2015 at 19 h 44 min

    Il faut vraiment que je me décide à regarder cette série. Mais c’est justement ce côté un peu loufoque qui me freine. Je me ferais mon propre avis lorsque je la visionnerais je suppose. En tout cas ton article est très intéressant. 🙂

    • Répondre
      anahaddict
      16 décembre 2015 at 9 h 04 min

      Moi aussi c’est ce qui m’a freiné quand j’ai vu le trailer, j’ai trouvé ça débile ! Mais c’est loufoque tout en étant intelligent quand même ^^ Il faut faire abstraction de tout bon sens, c’est tout 😛 Merci en tout cas, j’espère que la série te plaira si tu te décides à la visionner 🙂

  • Répondre
    Serena Madhouse
    29 décembre 2015 at 11 h 45 min

    Je l’ai vu cette série et je vraiment apprécié, les étoiles sont vraiment tous inadaptés! Je pense qu’il est une critique de la société américaine drôle, la base il ya riches et les pauvres, maigre et gras, et ont tous en commun la bêtise! Ici, ce sont les maîtres du monde! Emma Roberts est très bon, mais mon préféré et Billie Lourd, Chanel n ° 3 est fantastique!

    • Répondre
      anahaddict
      29 décembre 2015 at 12 h 19 min

      C’est en effet une belle critique de la société américaine, bien cynique 🙂 J’ai moi aussi eu un coup de coeur pour Chanel #3 et son interprète Billie Lourd ! 🙂

Laissez un mot doux