Londres
Londres

Se déplacer dans Londres sereinement

4 août 2015

Londres est une ville magnifique, et très vaste. Malgré tout, s’y déplacer n’est pas aussi compliqué qu’on pourrait le penser. Après plusieurs voyages dans la capitale britannique, je m’y retrouve très facilement, sans jamais me perdre. A défaut de pouvoir m’y rendre cette année, j’ai souhaité partager avec vous quelques conseils pour appréhender la ville de la meilleure des façons : sereinement.


Partir à Londres en Eurostar 

Avant de déambuler dans les rues de la ville, il faut d’abord y parvenir (#CaptainObvious). Pour se faire, plusieurs solutions s’offrent à vous. Le bus, le ferry ou encore l’avion. Personnellement, je ne suis partie qu’avec l’Eurostar par moi-même (et le bus dans mes années lycées). Pour moi, cette solution est définitivement la plus simple et la plus pratique.

Partir en ferry ne me branche pas du tout, et il faut de toute façon habiter près de Calais, sinon ça ne vaut pas franchement le coup. L’avion est une bonne solution pour celles et ceux habitants loin d’une gare Eurostar. Les prix peuvent être très attractifs, mais il faut souvent rajouter à ça le coût des bagages et bien penser au fait qu’on arrive dans des aéroports en dehors de la ville, donc du transport supplémentaire. Quant au bus, c’est une bonne solution pour les petits budgets (quoi que les prix de dernières minutes ne valent pas le coup en comparaison à l’Eurostar), mais le trajet est évidemment assez long.

Les avantages de l’Eurostar sont nombreux selon moi. Déjà, c’est d’une rapidité évidente. Comptez 1h30 en partant de Lille, 2h30 en partant de Paris.. Avec le décalage horaire une fois arrivé, c’est comme si on n’avait pas eu à voyager. L’autre très bon point, c’est qu’on arrive en plein coeur de la ville, dans la gare de Saint Pancras. Ainsi, pas besoin de se taper des tonnes de transports. On peut rejoindre son hôtel à pied ou en métro et démarrer les visites de suite. Et puis, c’est un train tout simplement. On peut emporter autant de bagages qu’on le souhaite et le compostage ne se fait pas 2 heures à l’avance. Personnellement, je n’ai jamais eu aucun problème de retard.

Pour les réservations, je vous conseille vraiment de vous y prendre tôt, sinon, ça ne vaudra définitivement plus le coup niveau tarif. Un aller/retour au prix le plus bas, c’est 88€, ou 84€ pour les moins de 25 ans. Parfois, des promotions proposent aussi l’aller/retour pour 69€.

Le bon plan de la voyageuse fauchée : Il faut fouiller un peu, mais on peut parfois trouver des bons plans en réservant l’hôtel en même temps, directement sur la plateforme Eurostar. J’ai pu réaliser des économies d’une centaine d’euros à deux reprises, ce n’est pas négligeable ! Car là encore vous avez des réductions si vous vous y prenez à l’avance, et parfois des promotions supplémentaires si vous réservez plus de x nuits.

Le conseil : Pensez tout de même à arriver au moins 45min avant le départ, histoire de passer la douane sans se presser.


Londres

 L’indispensable Oyster Card

Les Londoniens s’en plaignent beaucoup : les transports à Londres sont très chers. Pour visiter la ville tranquillement et profiter des meilleurs tarifs (2£20 en zone 1 pour le métro, 1£45 le bus), n’hésitez pas à prendre une Oyster Card qui vous permettra de prendre métro et bus en toute sérénité. Cette solution est beaucoup plus simple que la Travelcard, où il faut s’inquiéter de la zone dans laquelle vous allez voyager. En effet, Londres compte six zones, et les tarifs sont différents selon la zone dans laquelle on voyage. Mais très franchement, vous sortirez rarement de la zone 1 durant votre séjour. Pour ma part je suis allée jusqu’à la zone 3, car je rendais visite à des amis y résidant. Du coup, l’Oyster card s’occupe de tout et débite automatiquement le montant du trajet en fonction de la zone où vous vous trouvez.

Vous pouvez acheter la carte sur place, aux guichets des stations de métro, pour un montant de 5£. Beaucoup de boutiques dans la ville vendent également la carte. Ces 5£ sont une caution. Vous pourrez donc rendre la carte à la fin de votre séjour et être remboursés si vous le souhaitez, où la garder et l’utiliser lors d’un prochain séjour. Elle n’a pas de limite dans le temps. Vous pouvez également commander votre carte à l’avance sur ce site, et charger directement le montant souhaité dessus. Dans ce cas là, la carte vous coûte 3£. Selon moi, c’est la meilleure solution car ça fait des dépenses en moins à faire sur place.

Et pour recharger votre carte, c’est très simple. Il y a des bornes dans toutes les stations de métro où vous pouvez payer en espèces (pièces ou billets). Pour être tranquille si vous partez au moins une semaine, chargez un abonnement illimité sur votre carte, pour environ 30£ la semaine.

L’inconvénient : Je trouve qu’il est dommage qu’on ne puisse pas recharger sa carte sur internet quand on ne vit pas en Angleterre. Ce serait bien pratique quand on compte revenir dans la ville et qu’on souhaite effectuer ce type de dépense avant le voyage.

À ne pas oublier : Certaines bornes de rechargement ne rendent pas la monnaie. “No change” est précisé dans ces cas là.

À savoir : Si votre montant de trajet quotidien dépasse les 8£, plus rien n’est débité sur votre carte, car c’est le prix d’une Travelcard pour une journée.


 Citymapper, l’application idéale pour prendre les transports en commun

Les plans des lignes de métro et de bus, c’est bien gentil, mais pas toujours évident à appréhender. Il existe cependant une application de smartphone idéale : Citymapper. Disponible sur l’App Store et Google Play, cette application gratuite va vous permettre de préparer vos trajets dans la ville.

Imaginons que vous soyez arrivés en gare de Saint Pancras et que vous souhaitiez vous rendre sur Oxford Street. Vous rentrez ces deux lieux dans l’application (comme google map quoi), et on vous propose plusieurs trajets. À pied, en métro, en vélo, en bus ou en taxi. À chaque fois vous avez le temps que cela va vous prendre et combien ça va vous coûter, ou le nombre de calories brûlées à pied et en vélo, histoire de se motiver.

Le conseil : L’inconvénient, c’est qu’il faut une connexion internet pour utiliser l’application. Évidemment puisqu’elle vous indique les trajets en temps réel, et vous prévient donc si une station de métro est fermée ou en travaux etc. Toutefois, si vous ne possédez pas de réseaux cellulaires en dehors des postes de wi-fi gratuits (restaurant, hôtel…), vous pouvez sauvegarder vos trajets et les consulter en hors ligne. Du coup, préparez vos trajets à l’avance !

Le petit plus : Via l’application, vous pouvez aussi voir le plan du tube, l’état du tube, les stations/arrêts de bus/stations de métro/vélo barclay’s les plus près de votre position. Et même la météo à votre arrivée.

À savoir : Citymapper propose aussi les villes suivantes : Bruxelles, Paris, Amsterdam, Birmingham, Manchester, Lyon, Hambourg, Milan, Berlin, Barcelone, Rome, Madrid, Lisbonne, Montréal, Boston, New York, Philadelphie, Toronto, Washington DC, Chicago, Vancouver, San Francisco, Los Angeles, Mexico, Sao Paulo et Singapour.


Londres

La cartoville de Pénélope Bagieu, la meilleure carte londonienne

Des cartes de la ville, on en trouve des cents et des milles, littéralement. Seulement voilà, la plupart d’entre elles sont souvent immenses donc pas pratiques, et pas toujours très compréhensibles non plus. Gallimard édite des cartes de nombreuses villes, dont Londres, obviously. Ces cartovilles se présentent sous la forme d’un petit livre et les cartes sont proposées par quartiers (Notting Hill, City, Camden/Islington…), permettant ainsi de se repérer plus facilement. Cela permet d’avoir une bonne vision de chaque quartier, les principales attractions, les restaurants et boutiques à visiter dans ledit quartier. Car chaque carte est agrémentée de conseils et de bons plan. J’ai choisi l’édition illustrée par Pénélope Bagieu, une dessinatrice que j’aime beaucoup et qui a vécu à Londres. Elle donne donc plein d’astuces et de lieux plus insolites.

Mais ce qui fait vraiment la part belle à cette carte, c’est son format, extrêmement pratique. On peut le sortir à tous les coins de rue sans se retrouver encombré par une carte immense. Avec cette carte, je ne me suis jamais perdue dans la ville, même si désormais je m’en sers beaucoup moins vu que je commence à bien connaître les lieux.


 Le bus, pour profiter et économiser

Rapidement, j’ai décidé de privilégier le bus dans mes déplacements. La raison est simple : c’est moins cher ; et les tarifs des transports sont déjà suffisamment élevés ainsi. En effet, avec votre Oyster card, comptez 1£45 le trajet en bus, contre 2£20 en métro. Et avec tous les déplacements qu’on peut effectuer en un séjour, l’économie est réelle (à moins que vous ayez choisi un forfait illimité à la semaine, au mois etc). De plus, je trouve que le bus est définitivement plus agréable. En se plaçant à l’étage, on peut profiter du trajet pour admirer la ville, repérer des lieux, des boutiques, des restaurants où on ne se serait pas forcément arrêté autrement. Alors oui, c’est un peu plus long que le métro, mais c’est les vacances non ? On se trimbale déjà bien assez comme ça au cours d’une journée, ces quelques minutes de plus dans le bus feront le plus grand bien à vos pieds, soyez-en sûr.

J’ai également remarqué que les touristes désertent presque totalement ce mode de transport, du moins, je n’en ai jamais croisé. C’est compréhensible étant donné que c’est assez compliqué à appréhender, là où le métro est vraiment très simple. Encore une fois, l’application Citymapper vous aidera grandement. Pour ma part, j’ai pris le plie et je ne m’en sers presque plus désormais.

Le bon plan de la voyageuse fauchée : En prenant la ligne 15 du début à la fin on peut admirer les principaux monuments de la ville comme la Tour de Londres, la Cathédrale Saint-Paul, Trafalgar Square ou encore Piccadilly Circus. Pour 1£45 (et dans un bus d’époque s’il vous plaît), ça vaut le coup non ?

À ne pas oublier : un petit signe de la main quand le bus arrive à votre arrêt. Si personne ne souhaite s’arrêter, le chauffeur continuera sa route si vous ne lui faite pas savoir que vous voulez monter.

Mes autres articles sur la ville :

6
Poster un Commentaire

avatar
3 Fils de commentaires
3 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
VampaiaaprettylittletruthanahaddictVio la Vilaine Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Vio la Vilaine
Invité

Avoue, t’as écrit ce billet rien que pour moi. Il tombe à pic, puisque je décolle pour Londres dans trois semaines, et que j’hésitais justement entre l’Oyster Card et la Travelcard (séjour d’une semaine). Merci pour l’application, et pour cet article clair et utile ! Bisous sur la fesse gauche.

prettylittletruth
Invité

Bien d’accord, je suis une Oyster Card fan 🙂

Vampaiaa
Invité

J’avais bien envie de me faire un petit séjour à Londres avant 2016, du coup ton article est plus qu’intéressant.
Après je voulais partir plus un week-end, donc est-ce qu’il existe, comme à Paris, des tickets illimité à la journée?
Bisous 🙂