Séries

Orange is the new black, retour sur la troisième saison

16 juillet 2015

Il y a quelques semaines, Netflix a sorti la troisième saison d’une de ses séries phares : Orange is the new black. Qui dit Netflix, dit diffusion d’une saison dans son intégralité et binge-watching de rigueur.

Synopsis : À travers l’incarcération de Piper Chapman, qui se retrouve en prison dix ans après avoir servi de mule dans les trafics de drogues de son ex petite amie, Alex Vause, nous découvrons l’établissement carcérale de Litchfield. Dans cette prison à sécurité minimale, les femmes incarcérées doivent chacune occuper un poste pour faire vivre l’établissement. Mais à travers cette série, il s’agit surtout de découvrir des personnages, des histoires et de véritables communautés qui se forment au sein de la prison.

À la fin de la saison deux : La deuxième saison a été rythmée par la tornade Vee, qui a semé la panique au sein de l’établissement. La saison s’achève sur sa mort alors qu’elle venait de s’échapper de Litchfield. Rosa, condamnée par son cancer, avait pu s’enfuir elle aussi et en a profité pour écraser Vee sur le passage. Cette deuxième saison était aussi l’occasion de laisser un peu de côté les drama de Piper pour s’intéresser vraiment à tous les membres de la prison, notamment avec la storyline sur Vee et Red qui a regroupé beaucoup de personnages dans un seul arc narratif.

Cet article contient des spoiler


Les qualités

– Je trouve que c’est toujours intéressant de traiter des problématiques propres à la prison. On a eu les problèmes avec Fig et son départ dans les saisons précédentes et ici on vient s’inquiéter du rachat de la prison par un groupe privé. Cette situation qui a sauvé la prison de la fermeture vient pourtant mettre les employés dans la merde, avec des coupes budgétaires et réductions d’heures (et donc de salaires). Les nouveaux employés formés sur le tas et donc complètement inexpérimentés, les anciens qui tentent de s’allier pour faire bouger les choses. Du coup, c’était assez chouette d’en apprendre plus sur Caputo, on a vraiment bien fait évoluer le personnage cette saison, et sa personnalité et ses motivations en sont très bien ressorties.

– Cette saison a été très éprouvante pour certains personnages et des sujets très durs ont été traités.

  • Je pense notamment à Doggett qui se lie d’amitié avec un des nouveaux gardiens, qui se révèle être très dangereux et en vient à la violer (en faisant le lien avec l’histoire de la jeune femme avant d’être incarcérée, s’en est encore plus compliqué). Ce qui suit cette terrible épreuve, c’est le soutien et l’aide que lui apporte Boo pour tenter de régler le problème. Elles veulent d’abord agresser à leur tour le gardien avant de se rendre compte qu’elles en sortiraient aussi mauvaises que lui et pas forcément apaisées par les événements. En tout cas, les deux personnages forment un duo très appréciable et viennent placer de l’amitié et du soutien là où on ne l’attendait pas.
  • Le personnage de Sophia Burset subit aussi de dures épreuves dans cette saison. Le challenge de continuer l’éducation de son fils qui commence à mal tourner. Les crimes clairement transphobes dont elle est victime alors qu’elle pensait s’être intégrée à la prison. Sa mise en isolement “pour la protéger”, qui ne fait que mettre sous le tapis les problèmes qu’elle rencontre. C’est dur mais c’est important de traiter ce type de sujet et c’est toujours fait avec justesse dans la série.

Orange is the new black

– J’aime toujours autant les flashback fait à chaque épisode et qui viennent s’intéresser au passé des personnages. La petite nouveauté ici c’est que l’on vient s’intéresser à trois personnages qui ne sont pas incarcérés : Caputo, Healy et Bennett. On en a aussi appris plus sur certaines femmes qui sont là depuis le début et c’est cool de les mettre un peu en avant ici comme Big Boo et Leanne.

– D’ailleurs, petit point casting : je trouve que le choix des actrices et acteurs pour jouer les versions plus jeunes des personnages sont extrêmement justes ! Déjà que le casting de base est excellent, mais ces choix sont toujours si bien faits que ça rajoute encore plus de réalisme à l’histoire. Dans cette saison je pense notamment à la jeune fille interprétant Big Boo, un choix parfait.

– Tout ce qui tournait autour du roman spatial-porno de Suzanne/Crazy Eyes, Time Hump Chronicles, était absolument jouissif. Cela a donné des passages vraiment très drôles tout au long de la saison et ça a permis de détendre l’atmosphère au milieu de moments de tension. L’histoire autour de la nourriture kascher était aussi bien délirante comme il faut.

– La construction narrative de la série est toujours bien fichue dans le sens où certains épisodes suivent le fil rouge de la saison tandis que d’autres sont plus à part et viennent capturer un moment de vie précis des prisonnières. Ici je pense par exemple à l’épisode sur les puces qui ont semé une véritable zizanie au sein de Litchfield (Bed Bugs and Beyond).

d54d4c5d4d4caf32c9215a82029f4f00be38290a
99dba5b3919fc47bd33d8e6023e1c4a007ef96a6
– Le personnage de Soso a beaucoup été malmené depuis son arrivée à la prison, elle n’a jamais su trouver sa place. Cette saison encore, elle fait face à la dépression, le tout en n’étant pas vraiment prise au sérieux. La fin de saison fait chaud au coeur quand on voit que Taystee, Poussey et leur groupe (que j’aime toujours autant) la prenne sous leurs ailes. Ça annonce de belles choses pour la saison suivante je pense.


Les points négatifs

– Si la saison deux avaient su s’éloigner de Piper pour s’intéresser beaucoup plus largement à la prison et à ses occupantes, on aurait aimé que ce soit plus flagrant ici. Heureusement, chaque épisode vient s’intéresser à un nouveau personnage et plusieurs intrigues se tissent, mais on retrouve beaucoup trop la storyline de Piper. Le soucis c’est que depuis le début, je trouve ce personnage (qui est censé être le personnage principal) terriblement fade et agaçant. Du coup, c’était assez décevant de voir le scénario s’attarder autant sur elle de la sorte.

– J’ai quand même trouvé qu’on manquait d’un vrai fil rouge comme on avait pu avoir celui incluant Vee la saison précédente. Je remarque que l’arc narratif que l’on suit vraiment de A à Z est celui sur les problèmes financiers de la prison et son rachat, et non sur les prisonnières. Il y a bien l’entreprise de culottes sales lancée par Piper qui apporte quelques éléments sympathiques mais comme je l’ai dit précédemment, ça nous focalise beaucoup trop sur Piper et, n’aimant pas ce personnage, je n’ai pas pu apprécier pleinement cette storyline.

– Indifférente et fatiguée par l’histoire d’Alex Vause qui devient parano, même si pour le coup c’est normal qu’elle en vienne à de telles réactions. Mais surtout agacée par le personnage de Lolly avec qui elle interagit énormément et qui est détestable au possible. En plus de ça on nous recolle encore du Alex et Piper, comme si on n’en avait pas déjà eu assez.

Orange is the new black

– Vous aurez compris que j’ai été énervée par plusieurs storyline cette saison, ce fut aussi le cas pour le culte porté autour de Norma et surtout Leanne qui tente de prendre les rennes de “la secte”. J’ai toujours beaucoup de mal quand on commence à parler de trucs religieux et j’ai trouvé cela tellement débile et exagéré (même si bien évidemment c’était le but), je m’en serais bien passé. Norma ne parle pas et a pourtant réussie à m’énerver, il faut le faire. Malgré tout, c’était très intéressant d’en savoir plus sur son passé (enfin) et donc de comprendre le pourquoi du comment de cette storyline.

– Il y a eu une hype assez énorme autour du personnage de Stella, interprété par Ruby Rose (que je ne connaissais pas). Très franchement, je n’ai pas compris cet intérêt soudain pour ce personnage que j’ai trouvé relativement cliché, lisse, fade et useless. Elle n’a franchement pas apporté grand chose à cette saison.

– Je suis un peu perturbée par le départ soudain de certains personnages. Il y a d’abord Bennett qui abandonne Daya sans crier gare. C’était assez choquant, surtout que l’on s’attendait à le revoir avant la fin de la saison, et finalement non. Mais du coup, je me demande si ce ne serait pas lui qui aurait envoyé la police chez le “beau-père” de Daya, en fin de saison.. On en saura certainement plus la saison prochaine, cette histoire est loin d’être terminée à mon avis. Et puis bien sûr, le départ de Nicky vers la prison, la vraie, la dure. C’était un passage bien triste car j’apprécie beaucoup ce personnage.

– Je me sens encore mal d’avoir dû voir Mendez sans sa moustache. Pas touche à Pornstache les gars, c’est sacré ces choses là !

Orange is the new black


Quoi qu’il en soit, même si quelques éléments m’ont moins plu cette saison, Orange is the new black reste définitivement une série à voir. La diversité des personnages et des relations les uns envers les autres est folle, c’est un vrai plaisir. Il est assez rare de voir un casting regroupant autant de personnages féminins dans une telle diversité et moi, j’en redemande. Avant même le lancement de la troisième saison, une quatrième a déjà été annoncée et est prévue pour 2016. Je m’impatiente déjà !

Si vous avez aimé Orange is the new black : 

Crédit photos : Netflix

Vous aimerez peut-être aussi...

6 Commentaires

  • Répondre
    Morgane // Princesse Pastèque
    16 juillet 2015 at 14 h 05 min

    Je suis assez mitigée sur cette saison… Je sais pas si c’est le fait de l’avoir regardée en quelques jours mais je me suis un peu fait chier.
    Le départ de Bennett m’a vraiment perturbée, mais alors VRAIMENT!! J’espérais le voir revenir à chaque épisodes… et puis non U_u
    Sinon j’attendais avec impatience l’arrivée de Stella (que je connaissais depuis un moment) et au final elle sert à que dalle. Dommage !
    Ça reste une excellente série mais disons que je trépigne pas d’impatience pour la saison 4.

    • Répondre
      anahaddict
      16 juillet 2015 at 14 h 14 min

      Bah comme je le dis, dans le fil rouge de la saison, y’avait pas grand chose.. Mais j’ai bien aimé toutes les petites storyline qui se sont ajoutées, mais qui du coup, étaient plus anecdotiques qu’autre chose.
      En tout cas oui, j’ai vraiment été perturbée par le départ de Bennett, clairement brutal !
      Et Stella bah voilà, c’était pas fou et bien relou ><

  • Répondre
    Ophélie G.
    16 juillet 2015 at 14 h 34 min

    Je suis d’accord avec tout ce que tu dis. La storylibe de Piper est vraiment chiante, ça tourne toujours autour des mêmes choses (et fade est vraiment le bon terme pour qualifier Piper). Le départ de Bennett m’a vraiment ennuyée, je le pensais pas aussi peu courageux. L’amitié entre Big Boo et Doggett est vraiment inattendue et c’est une vraie bouffée d’air. J’ai toujours détesté Doggett, mais j’ai appris à l’apprécier.. En tout cas, j’attends avec impatience la suite de la série !

    • Répondre
      anahaddict
      16 juillet 2015 at 14 h 53 min

      Oui moi aussi j’ai détesté Doggett, surtout dans la première saison. Mais c’est à ça aussi le fort de la série, faire évoluer ses personnages de manière inattendu et surtout de nous faire comprendre le pourquoi de leur comportement, souvent en lien avec leur vécu (d’où l’importance des flash back)

  • Répondre
    Alexandre
    17 juillet 2015 at 14 h 42 min

    Punaise, c’est vrai qu’à lire point par point les grosses lignes de cette saisons, je me rend compte qu’il y en a eu un paquet de putainement sympathique tout de même !
    Tu finis par Pornstache, et bien c’en est un parfait exemple : ce mec, détestable au possible dans la saison 1, le connard incarné, et bien … je finis par l’apprécier T_T Il me fait trop de peine (et un peu flipper aussi) et on en vient à se dire que merde, lui il l’assumerait peut-être ce bébé 😮
    L’autre gros truc c’est clairement Pennsatucky T_T Putain T_T J4adore trop ce personnage et ce qui lui arrive est juste dégueulasse … juste après les flashbacks de son passé quoi brrr rien qu’à écrire ces lignes j’en ai les poils, c’était 1) une excellente écriture 2) un génie d’interprétation !
    Clairement, une série à voir ! 🙂

    • Répondre
      anahaddict
      18 juillet 2015 at 10 h 11 min

      Clairement c’est super perturbant pour Pornstache, on arrive a éprouver de la sympathie pour lui, il fait à la fois de la peine mais aussi flipper. C’est un peu comme Healy, un bon connard misogyne, et pourtant on voit aussi qu’il est en souffrance à plusieurs moment et on se dit “merde quand même..”
      Pennsatucky est géniale, l’évolution du personnage est folle quand on voit comment elle était dans la S1 ! Et cette saison est vraiment éprouvante pour elle, ça fait froid dans le dos..

Laissez un mot doux